Yaourtiere : un guide d’achat pour choisir la yaourtière qu’il vous faut

Le yaourt compte parmi les aliments les plus consommés au monde, généralement de façon quotidienne et ce à tous les âges de la vie et pouvoir en confectionner soit même avec une yaourtiere est un moyen évident de faire des économies non négligeables.

Dans ce guide je vous présente les avantages d’une yaourtière ainsi que tous les points à évaluer pour réussir votre achat et choisir la yaourtière qui convient à vos besoins.

Les avantages d’une yaourtière

yaourtiereUn certain nombre de consommateurs hésite à acquérir une yaourtière en raison de son coût. Or la gamme de prix de ce type d’ustensile est extrêmement étendue et vous n’aurez aucune difficulté à dénicher un modèle s’adaptant à votre budget.

A terme, fabriquer ses yaourts soi-même s’avère nettement plus économique que de les acheter.

Imaginez une famille de quatre personnes dont chacune consomme un yaourt par jour : l’achat des 28 yaourts hebdomadaires sera rapidement amorti! En outre, cela permet de limiter les déchets puisque les pots sont réutilisables à l’infini.

Pour qui se refuse énergiquement à cette dépense mais désire quand même consommer des yaourts maison, il existe bien sûr la possibilité de les faire au four. Sachant que le temps de cuisson moyen est de 8 heures, je doute fort qu’une telle durée d’utilisation d’un four soit une réelle économie ; sans compter que tous les fours ne disposent pas d’un thermostat permettant une cuisson à très basse température.

Cette méthode nécessite également d’être présent pour stopper la cuisson au moment voulu. Cette contrainte n’existe pas avec la yaourtiere puisque la majorité des modèles dispose d’un minuteur arrêtant automatiquement l’appareil.

Autre avantage non négligeable : la possibilité de choisir l’onctuosité de son yaourt. Chez moi, nous nous partageons entre les tenants du yaourt ferme et ceux qui le préfèrent un peu plus liquide. En jouant sur la durée de cuisson tout le monde est satisfait.

Même chose en ce qui concerne les parfums. Si dans la famille de quatre personnes mentionnée ci-dessus chacun affiche des goûts différents, cela tourne vite au casse-tête, d’autant que beaucoup de fabricants ont la fâcheuse manie de commercialiser les produits par packs d’un ou deux parfums.

En fabriquant vous-même vos yaourts, vous pouvez créer des yaourts avec une multitude de parfums et répondre à la demande de chacune de vos têtes blondes.

Enfin, dans le comparatif yaourts du commerce versus yaourtière, cette dernière dispose d’un atout de taille : la certitude d’un produit 100% naturel, au contraire de certains produits comportant des additifs divers et variés tels que colorants, conservateurs, arômes artificiels… Outre l’attrait d’un aliment parfaitement sain, une autre dimension est à prendre en compte.

La loi interdit l’ajout de gélatine au véritable yaourt mais il n’en va pas de même pour certaines « spécialités laitières » qui lui ressemblent à s’y méprendre. La gélatine, toujours d’origine animale, est un problème pour les végétariens et, en raison de la disparition de gélatine bovine, il s’agit de gélatine porcine qui va a l’encontre de certaines convictions religieuses.

Lors de vos préparations maison, vous aurez la possibilité de vous rabattre sur l’agar-agar, issu d’algues marines, pour obtenir des produits gélifiés.

Fonctionnement de la yaourtière

L’utilisation d’une yaourtière, agissant selon le principe d’une étuve, est simplissime.

Deux ingrédients sont essentiels : du lait et un ferment lactique.

Il s’agira soit de ferment en poudre acheté dans le commerce, soit d’un yaourt. Il est ensuite possible d’ajouter des ingrédients complémentaires selon le goût personnel (ou l’envie de découverte) de chacun : lait en poudre pour en augmenter la consistance, arômes divers, céréales, fruits mixés ou en morceaux… Une fois le mélange effectué, il ne reste plus qu’à :

  • le verser dans les pots ;
  • placer ces derniers sans leur couvercle dans la yaourtière ;
  • fermer le capot de la yaourtière ;
  • brancher cette dernière et appuyer sur le bouton de mise en marche.

La phase de cuisson démarre alors ; elle peut être retardée s’il s’agit d’une yaourtiere programmable. Quoiqu’il en soit, la température de cuisson doit se situer entre 40° et 45° : en deça le yaourt ne prendrait pas et au-delà il tournerait.

La fermentation dure environ 8 heures, mais vous pouvez raccourcir cette durée si vous souhaitez un yaourt moins ferme. Il est relativement fréquent que le résultat obtenu lors d’un premier essai ne corresponde pas tout à fait à vos souhaits : comme pour tout appareil dont on ne maîtrise pas encore le fonctionnement, vous apprendrez très vite à « rectifier le tir ».

Une fois la cuisson terminée, il est nécessaire d’attendre le refroidissement pour placer les couvercles des pots, puis… direction réfrigérateur.

Sachez que vos préparations se conserveront de 5 à 8 jours selon qu’il s’agisse de yaourts ou de desserts laitiers et n’omettez pas d’en réserver un qui fera office de ferment à votre prochaine fabrication.

Critères de sélection d’une yaourtière

Voilà, vous avez enfin franchi le pas et décidé de l’achat de votre première yaourtière. Reste maintenant à déterminer ce qui va vous orienter vers tel modèle plutôt que tel autre. Trois critères doivent impérativement être pris en compte.

1) La capacité

Elle sera déterminée par le nombre de consommateurs de yaourts dans la famille.

Les yaourtières ont une capacité de 6 à 12 pots selon les marques et les modèles. La taille de ces derniers doit également être considérée. De 100 à 200 ml, certains sont mieux adaptés aux yaourts, alors que d’autres sont plutôt préconisés pour les fromages blancs et les desserts laitiers.

2) L’arrêt automatique

Il ne s’agit pas ici d’un simple gadget mais de la fonction qui vous permettra de laisser agir votre appareil sans surveillance aucune.

Disposant d’un tarif préférentiel de nuit au niveau de l’électricité, j’apprécie tout particulièrement de déclencher la mise en marche avant d’aller me coucher et de fabriquer mes yaourts à moindre coût, chose qui me serait impossible si je devais l’arrêter manuellement.

3) Le réglage du temps de cuisson

Cette fonctionnalité est indispensable pour ajuster la consistance et l’acidité de vos yaourts. Rappelons que plus le temps de cuisson est raccourci plus les yaourts seront liquides et acides, alors qu’en l’allongeant vous obtiendrez un produit ferme et onctueux.

D’autres aspects peuvent également présenter un certain intérêt :

  • Le nombre de programmes :
    du programme unique qui limite l’usage de l’appareil aux seuls yaourts aux multi-programmes permettant la fabrication de fromages blancs, crèmes, et autres desserts laitiers, il vous appartiendra de juger selon l’utilisation que vous souhaitez en faire ; il est toutefois évident que le prix est proportionnel au nombre d’options.
  • La matière des pots :
    nous ne saurions trop vous conseiller d’opter pour les pots en verre qui ne s’opacifient pas  au fil des lavages et sont plus faciles à nettoyer que ceux en plastique ; quoique vous choisissiez, assurez-vous qu’ils passent au lave-vaisselle.

Les principales marques de yaourtières et leurs fonctionnalités

L’électroménager en général offre un grand choix de marques et de modèles représentant le pire comme le meilleur et la yaourtière n’y fait pas exception.

Nous nous sommes donc concentrés sur 2 grandes marques qui ont fait leurs preuves en la matière et 2 autres modèles petits prix qui semblent donner toute satisfaction aux utilisateurs.

1) Moulinex

une marque dont la réputation n’est plus à faire, propose deux modèles :

  • Yogurta, très simple d’utilisation, avec minuteur, dateur manuel des 7 pots (1 litre de lait) et rangement des couvercles durant le fonctionnement ;
  • Yogurteo, 7 pots d’une capacité de 140 ml avec dateur manuel, arrêt automatique et programmable sur 15 heures.

2) Les Yaourtières Seb

autre grand nom de l’électroménager, est présent sur le marché avec 4 modèles fournis avec un livret de recettes :

  • Yaourtière, 8 pots de 143 ml, arrêt automatique ;
  • Délices, 12 pots de 140 ml, 12 faisselles, 2 programmes (yaourts et fromages blancs), arrêt automatique et louche doseuse ;
  • Multi Délices, 12 pots (140 ml), 12 faisselles, 3 programmes (yaourts, fromages blancs et desserts laitiers), louche doseuse, arrêt automatique ;
  • Multi Délices compact, aux caractéristique identiques à la précédente mais avec 6 pots.

3) Lagrange

propose seulement un modèle mais qui est plutôt attirant de par ses nombreuse fonctionnalités, livré avec 7 pots de 185 grammes aux couvercles personnalisables, arrêt automatique, programmable jusqu’à 15 heures, livre de recettes.

4) Severin

qui propose un modèle d’un très bon rapport qualité/prix avec son modèle de 7 pots (150 ml), interrupteur marche/arrêt et lampe témoin, mais sans minuteur.

Maintenant que vous savez tout de l’intérêt et du fonctionnement d’une yaourtière, nul doute que vous saurez faire votre choix sans difficulté et que vous deviendrez vite accro au yaourt fait maison.

Et vous, qu'en pensez-vous ?

*